Le Phénomène érotique par Jean-Luc Marion

Le Phénomène érotique

Titre de livre: Le Phénomène érotique

Éditeur: Librairie generale francaise

ISBN: 2253130990

Auteur: Jean-Luc Marion


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: Le Phénomène érotique.pdf - 43,260 KB/Sec

Mirror [#1]: Le Phénomène érotique.pdf - 29,332 KB/Sec

Mirror [#2]: Le Phénomène érotique.pdf - 29,480 KB/Sec

Jean-Luc Marion avec Le Phénomène érotique

Livres connexes

Jean-Luc Marion est le grand spécialiste de Descartes. Enseignant la philosophie à la Sorbonne et à l’université de Chicago, il figure parmi les plus grands esprits de la critique philosophique contemporaine. Depuis son essai L’Idole et la Distance, Jean-Luc Marion s’interroge sur la place du corps et de l’amour en philosophie. Dans Le Phénomène érotique, Jean-Luc Marion prend à bras le corps la question de l’amour. La philosophie se prétend par définition "amoureuse de la sagesse" (philo-sophia en grec). Mais, postulant qu’elle doit être guidée selon la raison, cette discipline, précisément depuis Descartes, a du mal à penser l’amour, c’est-à-dire à le poser comme objet d’étude. Comme si l’amour et la philosophie se positionnaient comme deux domaines hermétiques l’un à l’autre, ou plutôt comme s’ils se disputaient une primauté essentielle. Qu’est-ce qui fait l’homme ? Est-ce qu’il est par essence une "res cogitans", un être qui pense, comme le dit Descartes ou, avant tout et immanquablement "un être qui aime" ?
Le défi relevé radicalement par Jean-Luc Marion dans cet essai est de penser l’amour du point de vue philosophique. Qu’est-ce qui pourrait penser l’amour ? Tous nous le pouvons, affirme l’auteur si nous prenons acte que "dans ce monde, seul l’homme aime, car penser à leur manière, les animaux et les ordinateurs le font aussi bien, voire mieux que lui ; mais on ne peut affirmer qu’ils aiment. L’homme, si – l’animal aimant." Chaque page de cet essai est éblouissante d’intelligence et de profondeur. Tout en restant fidèle à une tradition cartésienne de la pensée logique, Jean-Luc Marion découvre qu’on ne trouve et qu’on ne fonde sa propre vérité d’être qu’en tant qu’être aimant. Se sentir puis se savoir aimant est le primat de l’être. De fait, la question de l’amour, considérée par la tradition comme une question subalterne, reprend ici une place de philosophie première, le cœur même de la philosophie. --Denis Gombert